hors champ

Ce diaporama nécessite JavaScript.

installation photo, texte et vidéo
photos : 6 tirages papier 60cm x 34cm
vidéo et textes : projection unique (mapping vidéo), 16/9, n&b, 1080p
texte de Pierre Mellet & Stéphane Privat
première présentation : du 08 au 11 octobre 2015, dans le cadre du VISION’R LIGHTLAB FORCE à Besançon pour le festival LUX !

avec le soutien du groupe Composit et de Vision’R


install_V2

PRESENTATION (version pdf)

A chaque fois c’est pareil. J’entasse des films, des photos, des bibelots. Et dès que je veux y mettre de l’ordre, retrouver quelque chose, ce sont toujours les mêmes visions qui reviennent.
Et tous ces films qu’il faisait tout le temps. Laissés là. A l’abandon. Comme des mots qui rôdent dans mes affaires. Qui m’envahissent la bouche. Me brûlent. J’ai beau les mastiquer. Les avaler. Ils finissent toujours par refaire surface. Quelque part. Et je dois tout reprendre à nouveau. Pourquoi le temps marche en crabe.

La série HORS CHAMP est tirée du spectacle multimédia YOU SCARED ME (Groupe Composit, 2014) dans lequel sont mis en scène un filmeur (dénommé B) et une personne filmée (ADA). B n’est présent qu’à travers les films qu’il a tourné et qui sont projetés sur scène. ADA visionne ces images en boucle et, à partir d’elles, rejoue leur histoire.

Durant les tournages, il s’agissait de se dégager autant que possible du poids de l’intention. Les vues initiales n’ont pas été mises en scène dans des compositions préétablies. Le cadre de la caméra était suspendu aux gestes de celle qui était filmée. Les personnages et les images trouvaient leurs contours dans la durée de la prise de vue.

HORS CHAMP propose une série d’impressions photos et de projections vidéo mettant en jeu le rapport filmeur-filmée. Avec la projection de récits de souvenirs et la recherche d’accidents dans la compression vidéo tout comme dans l’impression photo, il s’agit de confronter les images continues de la mémoire aux fragments discontinus (ou discrets) des images enregistrées. L’écart entre le continu et le discret permet ainsi d’ouvrir à l’interprétation les hors champ qui pouvaient animer le filmeur comme la filmée.


avec Raluca Bunescu, Laure d’Abbadie et Sarah Gouze  

crédit photos : Clémentine Poquet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s