A L’ORDRE DE SA PROPRE NUIT

A L’ORDRE DE SA PROPRE NUIT

Performance audiovisuelle et recherche
Débutée en 2017
Création vidéo et création sonore : Stéphane Privat
Avec la voix de : Marta Rossi
Projection vidéo : 16/9, coul. et n&b, 1080i
Première présentation : 18 novembre 2017, cinéma Le Caméo, dans le cadre du festival Dream Factory (Metz)

Amorcée en 2017, A l’ordre de sa propre nuit s’inscrit dans une recherche sur la question de l’énonciation dans les performances audiovisuelles.

 

D’un côté, le récit d’une monteuse hantée par un visage qu’elle croit retrouver dans chaque image qu’elle manipule. De l’autre, une figure qui cadre les gestes du performeur au sein de la représentation. Entre les deux : un même attrait de l’image qui tient au dévoilement de l’impersonnel.

A l’ordre de sa propre nuit peut être envisagée comme une performance audiovisuelle et comme une représentation cinématographique qui s’élaborent l’une sur l’autre. A travers le récit d’une monteuse, il s’agit de suivre le cheminement d’une voix (off) entre le lieu de la performance et son inscription à l’écran. Entre les errances de la voix et les gestes du performeur – tous deux prétendant émettre le récit dans lequel ils sont pourtant enchâssés – c’est la question de l’énonciation qui est en jeu : quelles négociations entre la performance in situ et le site du film ? de quel espace off relève cette voix ? que peut l’écriture cinématographique ainsi livrée à l’extériorité de son propre dispositif ?

 

Images :

Stephane-Privat_Ordre-nuit

Capture d_écran 2018-11-20 à 22.18.21 (2)

 

Publicités